Rechercher
  • excraditiongenerale

ExCRAdition Générale Le démantèlement des CRA Jour 1 - lundi 11 juin 2018

Mis à jour : 15 juin 2018

On les libèrera un par un, jusqu’à ce que CRA ferme.


Ce lundi à midi devant le CRA de Sète, nous avons eu la joie et le plaisir d’annoncer le premier jour du démantèlement des CRA en France.


Nous étions entre 80 et 100 personnes.


Nous avons acté que nous ne consentions pas à l’existence des CRA.


Nous avons enjoint les autorités préfectorales et gouvernementales à prendre contact avec nous pour élaborer ce démantèlement.


Une sourde oreille nous a répondu. Silence cradio.


Ce petit délai ne saurait durer trop longtemps, nous savons que le Préfet, le ministre et le président entendront raison un jour ou l’autre et que les CRA fermeront. Jusqu’à lors nous parlerons, nous agirons, nous élaborerons une stratégie quotidienne de libération des enfermés


Tieri Briet est entré en grève de la faim pour se porter solidaire des grévistes de la faim actuellement dans le CRA de Sète mais aussi de tous les grévistes de la faim qui se déclarent quotidiennement au CRA de Sète et ailleurs.


Tieri s’est aujourd’hui, enchaîné devant le Centre de séquestration et de tri d’humains qu’est le CRA de Sète, il ne s’en libèrera et mettra fin à sa grève de la faim que quand Moussa Kanté et Aly Sidibé seront libérés.


Pour rappel Moussa Kanté, ivoiren, a été piégé en préfecture, doit être expulsé en Italie ce mardi matin à 6H, et Aly Sidibé, ivoirien lui aussi, mineur non-accompagné expulsable à tout moment.


Toujours aucune réponse du Préfet, à qui nous avons pourtant adressé de nombreux courriels. Lettre morte. Quand ouvrira-t-il sa boîte de réception, sa porte, ses oreilles et la discussion?


Nous le répétons, nous sommes patients.


Michel Negrell, lors d’un rassemblement place de la République à Sète avait dit « il ne suffit pas de libérer les mots, il faut aussi libérer les corps »


Nous l’avons pris au mot et au corps, nous y voici.


Aujourd’hui Michel a une nouvelle fois pris la parole :


« Nous sommes dans un lieu de procédure étatique d’humiliation des corps, nous sommes dans un lieu de procédure étatique de livraison des corps à la misère et aux bourreaux »


Juliette Massat a lu l’histoire de Moussa et celle d’Aly.


Elle a expliqué comment faire des visites. Nous avons besoin de monde pour rendre visite au enfermés du CRA. Établir des contacts. Raconter leur histoire, en parler. Puis libérer ces humains niés.


Devant le CRA depuis ce midi et jusqu’à présent minuit, beaucoup de soutien, la solidarité sétoise va bon train : tout à l’heure ils étaient huit à entourer Tieri qui s’en allait dormir dans la tente qu’on lui avait apporté.


En ce moment même une longue et épaisse chaîne teintée de fière rouille dort dans une tente en face du CRA.


Les enfermés ne sont pas seuls.


Tieri n’est pas seul.


C’est un véritable mouvement collectif qui fleurit.


Mr le Préfet, cher Pierre Pouëssel, il va bien falloir nous appeler un jour ou l’autre, venir nous rencontrer, nous servons un très bon thé à la menthe sous la bâche de fortune installée pour parer à l’orage.


Une pluie battante une averse immense s’est invitée au rassemblement


comme dit le dicton sétois déCRAyage pluvieux déCRAyage heureux


ainsi nous espérons

même le ciel est avec nous la pluie se joint à nous dans toute son abondance, sa générosité, sa puissance et son humidité pour témoigner de la nécessité de fermer les CRA.


Devant le CRA depuis ce midi et jusqu’à présent minuit, des voitures s’arrêtent, les gens ouvrent la vitre, lisent les banderoles et nous encouragent :

« merci d’être là c’est super qu’il y ait des gens comme vous »

« on vous soutient à fond »


ce sont des inconnus, des passants, quand ils découvrent l’existence des CRA, ils s’insurgent et soutiennent notre mouvement de libération des CRA, raison de plus pour faire connaître, parler, communiquer, continuer.


Les policiers nous laissent tranquilles, un simple contrôle d’identité dans l’après-midi, rien de plus.


Il faut dire que les policiers, on le sait bien maintenant, sont eux aussi exaspérés par cette maltraitance administrative à l’égard de ces humains sans-papiers. Eux aussi en ont mare, eux aussi se suicident, eux aussi trouvent l’existence des CRA absurde.


Allez Mr le préfet quand même il va bien falloir vous résoudre à prendre vos responsabilités à déclarer non pas l’hostilité à ces humains migrants mais l’hospitalité à accueillir à réfléchir en humain et non pas en bulletin de vote, en carrière ou en porte-feuille.


Beaucoup de gens qui étaient là ce midi ont ramené des stylos, des pinceaux et des papiers pour fabriquer de nouvelles affiches à coller sur les murs de Sète. Tieri a installé une grande table pour continuer à écrire les mots des retenus lors de sa grève de la faim enchaînée, il invite qui le souhaite à écrire et peindre avec lui. D’autres ont ramené une tente, un matelas, un grand parasol/pluie, une bâche, des sourires, de la chaleur.


Il faut dire que le déluge rapproche, sous cette bâche d’après-midi, nous avons expérimenté la solidarité, la débrouille, l’intimité, l’exiguïté, les corps serrés, les coeurs réchauffés.


Trois jeunes étudiants vidéastes de Montpellier sont venus nous rejoindre et veulent faire des films au sujet de ce mouvement, d’autres étudiants en archéologie à Montpellier sont venus nous voir aussi.


Il y a du passage. Il y a du monde. Il y a de la joie.


On se dit qu'on a raison de faire ça.


Le soir est venu. Avec sa première déception. Nous avions réuni assez de monde pour une double action : à 4H devant le CRA de Sète et à 5H à l’aéroport de Montpellier pour tenter d’empêcher la police aux frontières d’expulser Moussa Kanté en Italie. Or nous avons eu Moussa au téléphone, la veille il voulait refuser l’avion et nous demandait de l’aider, aujourd’hui, un policier est venu lui parler et il s’est ravisé.

Il veut accepter l’avion de ce mardi matin à 6H, il nous demande d’abandonner toute tentative d’empêchement de son expulsion.


Il veut vivre en France. Pas en Italie. Il ne veut pas courir le risque d’être enfermé en prison et d’être interdit de territoire français. Il ira en Italie et il verra ce qu’il fera.


Nous ne sommes pas assez expérimentés pour savoir s’il a raison de faire ça ou pas, nous lui disons quand même que si c’est nous qui nous interposons à l’aéroport et que l’avion ne décolle pas, il peut être libéré, mais on lira plus tard que dans ce cas aussi certains d’entre eux ont été condamnés à la prison, nous devons nous aguerrir.


Moussa prendra donc l’avion à 6H, nous annulons toutes nos démarches en cours, nous le soutenons dans son choix, en lui disant que même en Italie il pourra nous appeler, nous l’aiderons s’il a besoin de quoi que ce soit.


Nous devons constater que cette expulsion prévue et en voie de se concrétiser, que notre rassemblement ni même la grève de la faim n’y a rien fait.


Malgré tout ce qu’on a fait, il est expulsé.


Tieri continue sa grève de la faim. Les visites continuent elles aussi, un planning des visites est en cours de création, contactez nous par mail ou téléphone pour y participer. L’exCRAdition Générale ne fait que commencer.

Nous avons besoin de monde pour entourer Tieri devant le CRA de Sète, afin qu’il ne soit jamais seul.


Demain matin, mardi, il y aura un article dans le Midi libre de Sète. Un autre dans la Marseillaise ce vendredi.


Il y a eu ce lundi un reportage dans le journal de France 3 https://france3-regions.francetvinfo.fr/…/jt-1920-languedoc…

Un montage sonore du rassemblement de ce midi https://soundcloud.com/…/excradition-a-sete-et-greve-de-la-…

Et quelques textes évoquant notre action sur l’Autre Quotidien https://www.lautrequotidien.fr/…/zvolmbxksgbferautg4jfv4li6…


On mettra en ligne demain, mardi, une pétition concernant Aly Sidibé.


On est toujours là ça continue un par un on va les libérer et caetecra et caetecra et caetecra.


Le campement de fortune s’endort des policiers passent accoudés à la portière en se moquant « ça va vous tenez le coup? prenez pas froid… »

nous ne prendrons pas froid et nous tiendrons le coup


demain on sait que le soleil se lèvera et que le CRA se couchera


Mathieu pour ExCRAdition Générale


Contacts :

Juliette Massat 0670367143 - juliettemassat@hotmail.fr Tieri Briet 0648950148 - sipetitezone@gmail.com Mathieu Gabard 0666063182 - matgabard@gmail.com

Crédit Photo : Julie-Anne Marmet




80 vues

© 2023 by The Artifact. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now