Rechercher
  • excraditiongenerale

ExCRAdition Générale - Le Démantèlement des CRA - Jour 8 - Lundi 18 juin 2018


Rendez-vous devant le CRA ce mardi 19 juin à 12H pour une réunion organisation et à 18H  pour une réunion-débat afin d’envisager la suite du mouvement par une prise de décision collective.


Pour visiter les enfermés RDV à 10H le matin, et 14H l’après-midi (s'informer et reporter dans le cahier "Visites CRA")


M. B. - Bribes


Bonjour.


Non, ça ne va pas. Je n'ai rien fait. Ici c'est pire que la prison.


J'ai 18 ans. Je suis en France depuis un an et demi. Quand je suis arrivé j'étais mineur.


J'étudie. CAP Services hôteliers. A Cavaillon.


Voilà, c'est tout.


Mercredi je vais au consulat tunisien. S'ils signent le laisser-passer ils vont me renvoyer en Tunisie. Alors je ferai la grève de la faim pour qu'ils me renvoient pas.

S'ils me renvoient en Tunisie, au bout d'une semaine je repars. Je pourrai pas avoir de visa, je viendrai en bateau. Avec le bateau je ne sais pas si j'arriverai.


J'ai déjà fait la grève de la faim. Quatre jours. Des amis m'ont dit d'arrêter.

Un autre retenu a fait la grève de la faim quinze jours. Il a été trois fois à l'hôpital. Mais ils l'ont pas libéré.


Voilà, c'est tout.


Mon lycée ils savent pas que je suis ici. Mon oncle il sait pas que je suis ici. Je peux pas l'appeler. J'ai la carte SIM mais j'ai pas de téléphone. Non, je ne demande pas aux autres retenus.


Voilà, c'est tout.


Je suis là depuis 10 jours.


Si je peux appeler mon oncle je pourrai lui dire de venir et de me ramener mes affaires. J'ai rien ici. Chez moi, j'ai tout.


Voilà, c'est tout.


J'allais chez le coiffeur. Un voiture grise s'est arrêtée devant moi, j'ai trouvé bizarre. Des policiers sont sortis. Ils m'ont mis en garde à vue, et après direct ici. J'avais que 20 € avec moi. Je les ai dépensés pour les cigarettes. Maintenant, j'ai rien.


Ma famille est en Tunisie. Ils savent pas que je suis ici. Je vais pas leur dire. Ma mère est malade, je peux pas lui dire. S'ils me renvoient en Tunisie j'irai pas les voir. Je repars.


J'ai rien fait. Je suis là, tranquille, jamais de problème, jamais une garde à vue ou quoi. Et même j'ai une copine !


Je leur ai dit : si vous voulez me renvoyer, renvoyez-moi en Italie, ou en Allemagne, j'irai étudier là-bas ! Ils ont répondu :  on te renvoie en Tunisie.


Voilà, c'est tout.


Je connais quelqu'un il a été au consulat, il a été gentil et tout, et le consulat a pas signé le laisser-passer. Je vais essayer de faire comme ça.


Un avocat ? J'en ai un, je connais même pas son nom. Je l'ai vu une fois au tribunal, il n'est même pas venu parler avec moi. Ici il y a des gens qui ont de l'argent pour payer un avocat, et ils sortent. Et d'autres comme moi qui en ont pas, et qui sortent pas.


Hier il y a eu du tapage. Un des retenus voulait prendre de la nourriture dans sa chambre pour manger plus tard. Le policier lui a dit non. Il l'a frappé, il l'a pris par le cou comme ça dans les escaliers. Après ils l'ont enfermé dans la pièce là, pendant deux, trois heures. Tous les autres on a tapé sur les portes, partout.


Voilà, c'est tout.


Ce soir, il y a un match avec la Tunisie ! Contre, je ne sais pas. Oui, il y a la télé, sinon il n'y a rien à faire ici.


C'est bon, je peux y aller ?


Céline pour ExCRAdition Générale



M. L. - Mineur non-accompagné


« j’en ai marre je suis plus quoi faire »


il était fermé, il a presque pas parlé 


il est au CRA depuis le 25 mai

arrêté par la police en mars

sa minorité a été mise en doute et sanctionnée

parce qu’il était pris en charge par l’aide sociale à l’enfance

faux, usage de faux et escroquerie


pour ne pas être pris en charge par l’aide sociale espagnole et y rester

il a dit qu’il était majeur


il a été prévenu ce matin qu’il passait en appel cet après-midi


il est passé en jugement samedi

et l’appel était aujourd’hui

ça ne laisse pas assez de temps pour organiser la défense


l’audience a commencé à

14H30

et a fini à

14H34


4 minutes!


l’avocat a dit

toutes les vérifications utiles n’ont pas pu être faites 


il a peur de la juge

qui est semble-t-il

la plus horrible de la cour d’appel

un tyran


M. L. a juste pu dire deux phrases


juste après que le représentant de la préfecture ait dit que les nouveaux documents fournis par M. L. étaient des faux

l’avocat a essayé de dire autre chose

et elle l’a coupé tout de suite

« on va pas commencer à se renvoyer des questions »

et elle a renvoyé tout le monde


une justice hyper expéditive et qui laisse aucune chance d’avoir une vraie défense


j’ai proposé à l’avocat de témoigner

il ma dit c’est pas possible


j’lui dis c’est incroyable comment elle vous parle?

« non ça sert à rien ça va juste la braquer »


ils sont terrorisés par elle


M. L. est convoqué mercredi au consulat pour un laissez-passer pour le renvoyer en Guinée.


Propos de Sandrine, recueillis par entretien téléphonique par Mathieu pour ExCRAdition Générale



Dimanche soir, après le repas, un détenu se fait prendre avec un quignon de pain. Il est saisi à la gorge, plaqué contre le mur, traîné dans les escaliers, puis enfermé dans le parloir, à l'abri des caméras. Ses codétenus font bloc, ils menacent de se soulever. Il sera libéré au bout d'une demi-heure, des marques sur le cou encore visibles. Plusieurs témoignages concordants de détenus font état de l'utilisation du parloir comme salle d'isolement.

Quand il n'est pas le témoin de violences, y compris en pleine journée. La semaine dernière, un détenu y est au téléphone avec sa mère. Ils viennent une première fois lui demander de parler moins fort. La seconde fois, ils débarquent à trois et le passent à tabac. Le téléphone est resté sur la table. Au bout du fil, sa mère assiste impuissante à la scène.

La journée, il te tolèrent, nous explique un détenu. Le soir, ils boivent et cherchent les problèmes.


Pablo pour ExCRAdition Générale



"chaque fois qu’il pleut il faut pomper la cale"

Marc Chevalier président du port de Sète le 16 octobre 2016


débarquement en catastrophe au port de Sète du Rio Tagus - épave chimiques de 80 mètres de long

au bout de quatre mois, l’équipage constitué d’Ukrainiens, d’Egyptiens, de Guinéens peut rentrer chez lui -

et l’Aquarius il est pas en naufrage peut être ?

je parle pas du bateau à passagers de Sète à quai pour les touristes qui veulent regarder les fonds nus devant le brise-lame

mais de cet énorme bâtiment venant au secours de naufragés de la mer qui demandent de l’aide et que les beaux pays européens se refusent d’accueillir


MAIS SAVEZ-VOUS DE QUOI VOUS VOUS PRIVEZ ?


savez-vous comme ça fait du bien aux bras et au coeur d’accueillir de sourire de veiller des gens qui se battent pour la vie ? savez comme c’est dommageable de se passer d’une telle satisfaction - dommages pouvant entrainer de graves lésions personnelles et collectives ?


peut être que vous avez oublié

croulant sous des taudis de régression policières

de tentations policées

d’urgence durable qui durcit même les bras

bras haut levé bien droit et en diagonal si fiers de n’appartenir à tout le monde sauf aux autres


ça ressemble à de la bêtise je crois

moi cette nuit j’ai la chance de veiller

il est 2 heure du matin quand je prends mon quart

c’est un quart comme en mer

il y a de la douceur et de la rudesse

douceur du sommeil quitté

rudesse du dehors trouvé

comme en mer je prends la relève de qui veille

et conduit la nuit là où le jour va la manger

et avec un peu de chance

dans quelques heures derrière le vent tiède

le disque en laiton se pointera

un peu plus en avance à chacune de ses aurores

jusqu’à bientôt l’apogée du jour le plus long

et de toutes ses nuits le grand soir est une soir

où un papillon tombe du lampadaire

comme en mer


prendre le quart signifie veiller à la route de l’ile flottante

comme sur mer

le quart est de lune et il se couche tout roux quand mon tour arrive


huitième nuit de traversée - merci


le passager à garder

à guider à travers son sommeil de ventre creux

est une proue endormie

il s’agit d’un guide enchaîné immobile et fécond

il appelle petits frères d’autres hommes enfermés à quelques clapotis d’ici

il appelle petits frères des qui se tournent et se retournent

dans un sommeil poisson de traumas qui frétillent

pas besoin de chaînes pour être arrêtés, leur course a déjà explosé plus d’une fois

ici elle frelate au quai Maillol

elle se recroqueville en attendant le grand débarquement par les airs

tout cet argent dans l’atmosphère

bien assez pour racheter un Rio Tagus et en faire une ludothèque pour les cormorans

débarqués par les airs

poussés de force par les ailes bleu marine d’un gros coq arc bouté sur son fumier de principes

petits fratricides

sommeil poisson

cauchemars des méduses

comme en mer je me demande où s’en vont vomir les poissons

comme en mer je me demande où s’en vont-ils dormir

où s’en vont-ils mourir cette fois

c’est mon tour de garde cette nuit

si proche du jour le plus long de notre révolution banale

terrestre

maritime

il est 4h14 maintenant

tout est rude et doux

l’hétérotopie vogue à ciel ouvert sous un lampadaire trop blanc pour être du bon côté de la houle


Pierre pour ExCRAdition Générale



https://excraditiongeneral.wixsite.com/sete

FB ExCRAdition générale

Et sur Médiapart : 

https://blogs.mediapart.fr/excradition-generale




80 vues

© 2023 by The Artifact. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now